Doctor Who: The Reflection of Social and Political Evolution of Great Britain

Chloé Monin, Lyon University 

Jacket

‘SDCC ’13: Doctor Who 11th Doctor: pocket welt detail’ by Ayaka Darkly.

Since the first episode in 1963, Doctor Who has been an institution of British television. After a ten-year interruption, it has a new beginning with its own aesthetical and storyline evolutions. Because of its age, Doctor Who provides an enormous field for research for a student in the field of cultural and media studies. I aim to demonstrate how the programme reflects the social and political evolution of British culture and identity, and that it is possible to qualify Doctor Who, in its new version, as a postmodern show.

Still a very ‘British’ show (Doctor Who is a ‘classic’ of the BBC), its contemporary version knows an increasing success. In its construction, the post 2005 Doctor Who builds a strong national identity, but, at the same time, it develops some international aspects. This duality appears in the aesthetic of the show. The goal here is to suggest the aesthetic processes and tools that signify the duality of the show. A socio-semiotic approach is required to determine if Doctor Who is an accurate reflection of the actual social and political evolution of Great Britain, and the situation of a national identity confronting a global world.

Doctor Who is characteristic of postcolonial culture. It reflects the adaptation of a national culture to a globalised world, marked by multiculturalism (Appardurai, 1999). Effectively, the new Doctor Who is not only based on the British cultural and social environment but also uses American and other European cultural references. For example, the Dutch painter Vincent Van Gogh appears in the episode entitled ‘Vincent and the Doctor’ (2010), which is set in Southern France. It is also an example of the representation of social and political problems in cultural media products, and the expression of social problems by people, who are consumers and TV spectators but also citizens  where, effectively, the political institutions no longer exclusively treat social fears, evolutions and problems.

The following is articulated in four parts, each part considers a particular aspect of the show that demonstrates my argument.

1)      Englishness in Doctor Who:

The show takes place in many parts of the universe (alien worlds, other galaxies or planets, relative world and dimensions) and on Earth. Episodes can take place in the United States, such as ‘A Town Called Mercy’ (2013) and ‘The Angels Take Manhattan’ (2013), ‘Daleks in Manhatan’ (2007) or in European Countries as with ‘Vampires of Venice’ (2010). ‘Vincent and the Doctor’ takes place in Italy and ‘The Girl in the Fireplace’ (2006) connects to Southern France and Paris. A significant part of the programme takes place in the United Kingdom, and especially in London, through which Doctor Who continues to develop a strong British national identity. The new series represents a number of British political and cultural institutions and characters, including the Army, the Police force, the Queen of England and the Prime minister who appear in the new version of the show. ‘Englishness’ is personified by historical and fictive characters in Doctor Who, including Elizabeth the First, Queen Victoria, the Prime Minister Winston Churchill and the fictive Harriet Jones. It is also notable that the TARDIS, the Doctor’s space ship, looks like a British Police box. The British flag also appears, on a tee-shirt worn by Rose Tyler for example (in ‘The Empty Child’ 2005) or on a more official kind of use. As the new series takes place mainly in London, the British capital, Doctor Who uses the political and cultural institutions as setting, like the Prime minister’s office in Downing Street (‘Aliens of London’ and ‘World War Three’, 2005) or in the National Gallery (‘The Name of the Doctor’, 2013). The show uses aspects and authorial characters inspired from British history and literature: especially  the famous British authors Charles Dickens, and William Shakespeare. It takes place during remarkable periods of British history, as the Blitz during the Second World War, the Renaissance, and the Victorian area. Different aspects of British folklore are also illustrated. Popular culture and especially British pop music also appears in the programme. For example, it is possible to hear a song by the Scissor Sisters at the beginning of the episode ‘Last of the time Lords’.

2) Doctor Who as an ideological and political show:

Political and social crisis are part of many stories. The episode ‘Turn Left’ (2008) shows nationalist and fascist excesses in United Kingdom, as the country is the victim of an economic and social crisis after the Doctor failed to save the country from devastation by Alien forces. In the same episode, deportation of migrant people in working camps reflects the Second World War and Nazism. This particular historical event is quite recurrent in Doctor Who, including ‘The Empty Child’ (2005) and ‘Victory of the Daleks’ (2010). The show often deals with subjects of dictatorship, how to save democracy and how to deal with social crisis after a major catastrophe: the trilogy ‘Utopia’, ‘The Sound of Drums’ and ‘Last of the Time Lords; (2007) is a clear example of this. Fears inspired by the development and the massive use of technologies are also evocated. Two episodes, ‘The Idiot’s Lantern’ (2006) and ‘The Bells of St John’ (2013) deal with the use of television and the Internet and their possible misuse for mass mental manipulation.

Doctor Who features the evolutions and realities of British society, with the characters belonging to all social classes and have evocated gay marriage, single mothers, and the new place of fathers in the education of children. The episode ‘Closing Time’ (2011) is quite interesting as it suggests one of the character is a single father and mentions the possibility for gay parents and the episode ‘The Waters of Mars’ (2009) further mentions gay marriage. The programme illustrates the evolution of the social and political women condition since the nineteenth century. The contrast is quite evident between Nancy, a young mother who hides her condition during the Second World War, in ‘The Doctor Dances’ (2005), and Jackie Tyler, a much older single mother. In a general manner, Doctor Who has strong female characters, who have political, social, and professional responsibilities (Doctors, officers, and political leaders). Though they often come in conflict with the Doctor, they most often have important roles in the stories.

3)      The Stranger:

One repetitive leitmotiv present in Doctor Who is the threat of the ‘Alien’ and the necessity of dealing peacefully with invaders. In the show, planet Earth is constantly threatened or under the attack of extra-terrestrial creatures, whether it is the Daleks, Adipose or the Slitheen. The Alien appears to be a metaphor for the ‘Other’, both cultures and people, but also for the fear of the unknown and new threats in a world that knows important mutations. Generally, the Alien invasion begins in Great Britain, continues in Europe and moves to the United States as we can see in the episode ‘The Journey’s End’ (2008). This schema is quite interesting as it illustrates the strong political link between the United Kingdom and the United States and fear of the Alien in this case can be interpreted as an analogy of conservative ‘fears’ regarding  globalisation, migration, cultural variation and the unknown, or ‘hidden’ threats of terrorism.

4)      The Doctor, or the ambiguity of a character:

As the main character of the show, The Doctor is quite plural. He is an alien with a human appearance and emphasises three functions in the story. He is a saviour, a scientist and a scholar. A man of power, he cures, has knowledge and overpowers the enemy. These dimensions, combined with his Alien nature, make the Doctor a character full of ambiguity, who inspires fear but also trust and hope. He represents both a hero and a danger and has many epithets including, The Bringer of Darkness, the Oncoming Storm and the Evergreen Man: his full, former Time Lord title is President of the High Council of the Time Lords, Keeper of the Legacy of Rassilon, Defender of the Laws of Time and Protector of Gallifrey a very pomp and properly Imperial title in the ‘British’ mode.

The Doctor surrounds himself with the double, characters that are echoes of himself: women with empathy (Rose Tyler, Donna Noble, and Amy Pond), health care professionals (Martha Jones the medicine student, Rory the nurse) scientists and politicians (The Queen, The British Prime Minister, The President of The United States, Alien Leaders). Every one of them can be the best of humanity and the worst. The doctors can kill and cure, a scientific discovery can be used unethically, a politician can be a hindrance or help in a disaster. The rhetoric around the character of the doctor reflects also this plurality and this ambiguity; he has the capacity to regenerate (to be the same person with a different face) and duplicate (a phenomenon that appears in’ The Journey’s End’ and ‘The Name of the Doctor’). He has two hearts, which can be interpreted as a metaphor for his strong empathy. This physiological specificity can also be viewed as an analogy for his double personality. The Doctor’s main technical device, the sonic screwdriver, is both a magical instrument and a scientific tool that can analyse data. It can fix a thing but also decompose it. The Doctor is in tension between these different sides of his character which reflects the broader British social tension in the conservative desire to maintain a sense of national identity and the changes in those values as the culture adapt to the challenges of the future and the new alien vistas and adventures to come.

References

Arjun APPADURAI, Modernity at large: cultural dimensions of globalization. Mineapolis, University of Minessota Press, 1996.

byronv2

‘old books – Doctor Who novelisations 01’ by byronv2

 

Doctor who, série miroir des évolutions sociales et politiques de la société Britannique contemporaine.

Diffusée à la BBC depuis 1963, la série Doctor Who est une institution télévisuelle en Grande-Bretagne. Il s’agit de la série de sciences fiction la plus ancienne au monde (cinquante ans de programmes), ce qui représente un terrain et un matériau d’analyse très vaste. Nous avons donc choisi pour cette étude rapide, de nous concentrer sur la « nouvelle série » débutée en 2005. En effet, après une interruption en 1995, qui durera dix ans, la série est reprise avec des évolutions esthétiques et scénaristiques, et notamment un changement de format (les épisodes sont plus lonsg, durant quarante-cinq minutes au lieu de vingt-six). L’enjeu de cette étude est de démontrer que la série Doctor Who, au-delà de la dimension fantastique, est un reflet des bouleversements socio-politiques en Grande-Bretagne, dans un contexte mondial globalisé, marqué par le multiculturalisme. Nous verrons en quoi ces changements politiques et culturels (fin de la guerre froide, mondialisation) ont affecté le Royaume-Uni sur les plans social et politique, et comment ceci est reflété dans la série. La nouvelle série Doctor Who, qui démarre en 2005, est effectivement marquée par un caractère national très fort, exprimant son identité britannique, mais connait dans le même temps, un succès croissant à l’étranger, notamment aux Etats-Unis. La série articule en effet, à une identité culturelle très anglaise, des aspects plus internationaux. Ainsi certains épisodes se déroulent aux Etats-Unis, ou évoque la culture et l’histoire européennes. Ce multiculturalisme est aussi illustré par le biais d’autres procédés comme l’illustration à l’écran de cultures diverses ou la métaphore extra-terrestre que nous détaillerons davantage plus tard. En ce sens, Doctor Who peut donc ainsi être qualifié de post-moderne. Le programme est aussi un exemple de l’investissement des questions politiques et sociales « par le bas », à savoir par les citoyens également consommateurs et télé-spectateurs, et non plus seulement par les institutions. (Glevarec, 2005)

Pour cette étude nous adopterons une démarche de type socio-sémiotique. Théorisée par les linguistes Ferdinand de Saussure et Roland Barthes en France, et le logicien Charles Sander Peirce aux Etats-Unis. La sémiotique (ou sémiologie en Europe) est la science des signes visuels. Les théories sémiotiques s’appliquent à l’analyse des images fixes et mobiles, et sont très utilisées dans l’étude des médias audio-visuels. Il s’agit d’analyser les signes iconiques (représentations), plastiques (lumière, couleurs, plans), linguistiques (textes, dialogues) et leur interconnexions dans un contexte social et culturel donné.

Notre étude s’articule en quatre parties. Dans un premier temps nous étudierons comment la dimension « nationale » anglaise de la série se construit.  Nous verrons ensuite comment Doctor Who traite et illustre les changements sociétaux et les problèmes politiques en Grande-Bretagne. Nous étudierons ensuite la thématique extra-terrestre et son sens dans la série. Enfin nous nous concentrerons enfin sur le personnage même du docteur, son ambigüité et sa multiplicité, et en quoi il illustre l’ambigüité de la société britannique face au nouvel ordre mondial, entre conservatisme nationaliste et désir d’ouverture.

Doctor Who, une série « so British »

L’action dans la série se déroule dans divers lieux : différents recoins de l’univers, autres planètes, mondes parallèles… et souvent sur Terre. Certains épisodes sont situés aux Etats-Unis (A Town called Mercy, The Angels take Manhattan, Daleks in Manhattan ) et d’autres en Europe, notamment en France, en Italie et en Allemagne (Let’s kill Hitler, Vampires of Venice, Vincent and the Doctor qui se déroule entre Paris et le Sud de la France, ou encore The Girl in the fireplace, à la cour de France sous le règne de Louis XV). Cependant, quand celle-ci se situe en contexte terrien, c’est majoritairement en Grande-Bretagne que se déroule la série. De fait, Doctor Who affiche ainsi une identité britannique très forte. C’est d’abord à travers la représentation de ses institutions culturelles et politiques que s’exprime cette identité. En effet, les institutions du pouvoir, sont particulièrement évoquées. Ainsi la monarchie est présente à l’écran par le biais des reines Victoria et Elisabeth Première. Le premier ministre est un personnage également souvent évoqué qu’il apparaisse sous les traits de Winston Churchill (dans Victory of the Daleks) ou ceux  du personnage fictif Harriet Jones. Les épisodes Aliens of London, et World War Three se déroulent d’ailleurs tous les deux au 10 Union Street où se situent les bureaux du gouvernement britannique. C’est d’ailleurs très souvent à Londres, capitale politique du Royaume-Uni que se situe l’action de la série. L’armée et les forces de police y interviennent également. Le vaisseau spatial du Docteur, Le TARDIS, ressemble lui-même à une cabine de police. À noter que le drapeau « Union Flag » est également représenté à l’écran, imprimé sur un tee-shirt ou dans un contexte plus officiel. Les institutions culturelles servent également de décors dans la série. Ainsi l’épisode The Name of the Doctor se déroule presque entièrement à l’intérieur de la National Gallery à Londres. La série fait d’ailleurs souvent référence à la culture classique et à l’histoire Britannique. Personnages historiques et écrivains célèbres sont ainsi mis en scène : les reines d’Angleterre Elisabeth Première et Victoria, l’ancien Premier Ministre Winston Churchill, Les auteurs Charles Dickens et William Shakespeare. Certains épisodes situent ainsi leur action lors de la Renaissance, de l’Ere victorienne (cas fréquent durant la saison 7) ou le Blitz durant la seconde guerre mondiale. La culture populaire est également présente dans la série notamment par le biais de la bande-son, dans laquelle il est possible d’entendre des artistes Britanniques (The Scissor Sisters par exemple).

 

2) Construction d’un discours politique et idéologique dans la série Doctor Who.

De nombreux épisodes évoquent des bouleversements sociétaux et politiques. L’épisode Turn Left évoque les dérives nationaliste et fasciste d’un Royaume-Unis en proie à une crise sociale sans précédent, suite à la destruction de Londres par des extra-terrestres. Le spectre des camps de travail Nazi refait alors surface. La crise politique et la sauvegarde de la démocratie durant les conflits après une invasion aliène sont des thèmes récurrents au sein de la série, comme l’illustre la trilogie Utopia/The Sound of drums/Last of the time lords. Les craintes liées à la technologie et aux médias quant à leurs impacts sociaux et environnementaux sont aussi évoquées. Ces dangers sont évoqués dans l’épisode The Sontaran Stratagem dans lequel un logiciel d’automatisation de la conduite automobile provoque la mort des ses usagers. Les craintes liées à la manipulation par la télévision et Internet sont également mises en scène dans les épisodes The Idiot’s lantern (saison 2) et The Bells of St John (saison 7). Au-delà des angoisses liées à la politique et la technologie, c’est aussi l’évolution et les changements au sein de la société Britannique qui sont illustrés dans la série. Le multiculturalisme caractérisant la société anglaise est ainsi évoqué à travers la diversité culturelle et ethnique des personnages de la série. La diversité sociologique, les problèmes et les évolutions sociétales sont apparaissent également dans la série. Ainsi les personnages de la série appartiennent à différentes classes sociales : milieu populaire, classe moyenne, aristocratie. Le problème du chômage est évoqué à travers les personnages de Rose Tyler et Donna Noble toutes les deux sans emploi. La diversité et l’évolution de la famille sont également des thèmes récurrents : La monoparentalité, l’homoparentalité et le mariage gay sont ainsi évoqués. Citons par exemple l’épisode spécial the waters of mars dans lequel l’un des personnages parle « du mari de son frère » dans un futur où le mariage gay est devenu banal. Le quiproquo mis en scène dans l’épisode Closing time sur la relation entre le docteur et un père s’occupant seul de son bébé, illustre ainsi le phénomène de l’homoparentalité, et la place nouvelle du père dans la famille, plus proche de l’éducation de ses enfants. Par ailleurs, Rose Tyler et Donna Noble ont pour particularité d’avoir été élevées par des mères seules, suite au décès de leurs compagnons. Doctor Who illustre à travers ses épisodes, par le biais du voyage dans le temps, l’évolution des mentalités à travers l’histoire. Le contraste est alors saisissant entre Nancy, jeune fille-mère qui cache sa maternité durant la seconde guerre mondiale en faisant passer son fils pour son petit frère dans The Empty Child, et Jackie Tyler, mère célibataire, quadragénaire et libérée. La série a d’ailleurs pour caractéristique de faire apparaître des personnages féminins forts, occupant des postes à responsabilité (médecin, officiers d’armée, chefs d’état ou de gouvernement) et incarnant des rôles clés.

3) L’Aliène ou la peur de l’étranger.

 

L’invasion extra-terrestre, qui commence au Royaume-Unis puis s’étend au reste du monde à l’image de l’épisode Journey’s End est un thématique récurrente dans les scénarios de la série. La menace extraterrestre est constante, mais la série illustre la nécessité d’instaurer des relations pacifiques avec l’étranger, de chercher à comprendre son altérité et sa différence, ce qui est souvent le discours du Docteur. Il s’agit d’un discours souvent difficile à faire entendre aux dirigeants tant humains qu’extraterrestres. L’extraterrestre est une métaphore pour désigner l’étranger, mais aussi l’inconnu et les nouvelles menaces dans un monde géopolitique en mutation. Après la seconde guerre mondiale, l’axe constitué par les Etats-Unis et le Royaume-Uni est en position de force, surtout dans les années 1980 sous l’ère Reagan et le Thatchérisme. Mais après la Guerre Froide et l’effondrement du bloc de l’Est, cette hégémonie est remise en question. La société britannique se trouve en prise avec la mondialisation, le multiculturalisme et l’importance des flux migratoires qui la caractérisentS (Appadurai, 1999), l’émergence de nouvelles puissances mondiales (Chine, Inde, Russie) et de nouvelles ménaces. La peur de l’extraterrestre est alors une métaphore pour évoquer la peur de l’immigré, des cultures étrangères, du terrorisme. La série Doctor Who illustre alors à merveille la contradiction de la Grande-Bretagne, partagée entre la sauvegarde de ses valeurs, de son identité et de sa culture nationale, et sa volonté de s’ouvrir à un monde nouveau.

4) Le Docteur ou l’ambiguïté d’un personnage

La personnalité du Docteur est triple : c’est un sauveur, un savant, et un seigneur. C’est un homme de soin, un homme de sciences et de connaissances, et un homme de pouvoir. Il soigne, il sait et il maîtrise. Ces trois dimensions articulées à sa nature extraterrestre font du Docteur un personnage qui fait peur tout autant qu’il apporte de l’espoir. Cet aspect multi-facettes et cette ambiguïté apparaissent de différentes façons dans la série. Cela se voit tout d’abord dans la nature du docteur, sa capacité à se régénérer, à se réincarner, à se dupliquer comme dans The Journey’s End, ou The Name of The Doctor. Mais ceci est aussi illustré par les figures de réflexivité qui apparaissent dans la série, notamment dans les personnages, dont beaucoup sont des alter-egos du héros. : Femmes sensibles, empathiques et intelligentes (Donna Noble, Rose Tyler, Amy Pond), personnel soignant (Martha Jones l’étudiante en médecine, Rory Williams l’infirmier) savants, dirigeants militaires et politiques. Le Docteur a aussi pour caractéristique physiologique d’avoir deux cœurs, une métaphore que l’on peut interpréter de deux façons : Le Docteur peut être vu comme capable de beaucoup de compassion et d’empathie, le cœur étant le siège de l’amour et de la sensibilité dans la symbolique occidentale.  Elle peut aussi être interprétée comme une analogie pour une double personnalité, le docteur étant capable du meilleur comme du pire, tout comme les rôles sociaux qu’il incarne : Le médecin peut soigner mais également tuer, la science du savant peut être utilisée à bon ou mauvaise escient, le politique et le militaire peuvent prendre de mauvaises décisions. Cette dualité apparaît également dans les accessoires et les cas de conscience auxquels se retrouvent confrontés le Docteur. Le tournevis peut ainsi réparer mais aussi démonter. Il est à noter que le tournevis est d’ailleurs tout autant un outil magique qu’un appareil d’analyse de données. De même, le Docteur est partagé entre sa volonté de respecter les lois du temps et son désir de les contrecarrer pour sauver les personnes qu’il aime.  Cette tension interne au personnage du docteur rejoint celle que nous évoquions concernant la société britannique dans notre troisième partie : faut-il s’ouvrir au changement social et politique, à la présence de l’autre, ou conserver ses valeurs et son identité ?

 

Bibliography:

Theodor W. ADORNO, Max HORKHEIMER, Dialectic of Enlightenment, Stanford UP, 2002.

Arjun APPADURAI, Modernity at large: cultural dimensions of globalization. Mineapolis, University of Minessota Press, 1996.

Cornelius CASTORIADIS, l’Instution imaginaire de la société. Edition du Seuil, 1975.

Eric MAIGRET, Eric MACE, Penser les médiacultures, nouvelles pratiques et nouvelles approches de la représentation du monde, A. Collin, Paris, 2005.

Leave a Reply

Your email address will not be published.